Evénement d’une journée dédié à l’emploi des sportifs de haut niveau et sportifs professionnels, plus de 60 structures publiques et privées dont 40 entreprises et recruteurs et 20 établissements de formation ont participé au Carrefour de la Performance, le lundi 5 Décembre à l’INSEP (Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance). Environ 1000 sportifs étaient présents lors de ce forum qui proposait des entretiens individuels, des ateliers et des tables rondes en vue d’aider les visiteurs à trouver une activité professionnelle en accord avec leurs attentes

 

Ainsi, la MDSAP a pu présenter son activité et proposer un accompagnement aux sportifs avec des emplois ou stages adaptés à leur situation chez l’ensemble de nos adhérents, qui partagent les valeurs des sportifs telles que la solidarité, l’esprit d’équipe, le partage, l’indépendance et l’implication. La grande diversité des métiers de nos coopérateurs permet à chacun de trouver le métier désiré !

20161206insep

Ci-dessus une photo prise lors d’un échange avec Xavier Foupa-Pokam, double champion de France de Kung-Fu, et Thierry Braillard, secrétaire d’Etat chargé des Sports

La majorité des accidents de la vie courante arrivent au domicile, et engendrent près de 18 000 décès par an, soit cinq fois plus que sur la route. Plus exposés, et avec des conséquences plus importantes, les enfants et les personnes âgées en sont les premières victimes.

A l’occasion du Salon des Services A la Personne (du 15 au 17 Novembre à Paris), l’espace « La Maison du Mieux Vivre » met en lumière les solutions innovantes permettant d’anticiper tout accident, et améliorer le quotidien des enfants et seniors.

Brice Alzon, Président de La Maison Des Services A la Personne, s’exprime sur les progrès de la domotique mais également « la collecte de données pour améliorer le suivi des personnes âgées ou des enfants », permettant notamment une meilleure gestion des besoins de ce public à l’instar du « bouton Dash » lancé par Amazon, ou une version modernisée, sur tablette, du cahier de liaison, pour la garde d’enfant.

Source : Lefigaro.fr

capture-fondue-solidaire-v2Le 1er décembre prochain, la MDSAP participera pour la deuxième année consécutive à la Fondue Solidaire organisée par Babyloan.org, 1er site de prêt solidaire européen, au Ministère des Affaires Etrangères et du Développement international à Paris.

Nous avons choisi de soutenir cet événement, qui fait écho à nos valeurs de solidarité et de partage puisque l’intégralité des bénéfices sera prêtée à des micro-entrepreneurs aux quatre coins du monde !

  • Babyloan, c’est qui ? Un organisme fondé en 2008, permettant d’aider  des micro-entrepreneurs à développer leur projet en leur prêtant du capital de façon désintéressée (à-partir de 10€).
  • Un Microcrédit, c’est quoi ? C’est un prêt d’un montant minime accordé à de petits entrepreneurs n’ayant pas accès aux financement standards.
  • Prêter, pourquoi ? Après avoir choisi un projet, vous aiderez également la famille de l’entrepreneur et favoriserez ce dernier à s’en sortir par lui-même.
  • Et après ? Une fois votre apport versé sur Babyloan, vous percevrez un remboursement mensuel et pourrez investir dans un nouveau projet une fois le remboursement terminé !

La MDSAP est fière de soutenir ce projet, et vous encourage à nous y retrouver pour un moment de convivialité et d’échange !

Pour plus d’informations cliquez sur ce lien.

 

Bien qu’ils ne soient quantifiables, les travailleurs illégaux sont nombreux dans le secteur du Paysage et engendrent d’importantes pertes d’emplois. Le travail au noir peut prendre différents formes comme l’utilisation du statut de l’autoentrepreneur (non éligible dans le secteur du paysage), des activités dissimulées, l’accumulation d’emplois… peu connues du grand public.

Pour contrer ce fléau, l’UNEP (Union Nationale des Entreprises du Paysage) a signé le 30 septembre dernier une convention de collaboration avec la Directte (Direction Régionale de Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi) des Pays de la Loire, constituant une déclinaison régionale d’une convention signée en 2014 à l’échelle nationale entre l’Unep, le ministère du Travail, la MSA (Mutualité Sociale Agricole) et les partenaires sociaux. L’objectif de cet accord est clair : lutter contre le travail illégal avec la prévention comme axe majeur.

L’accord vise ainsi à mener des actions spécifiques afin de mieux informer les clients, qu’ils soient des particuliers, entreprises ou collectivités publiques, sur leurs responsabilités tout en assurant une meilleure efficacité des contrôles.  En ce sens, la premier acte mis en place est la distribution d’un flyer : « Travail illégal au jardin : attention danger ! », expliquant le cadre législatif de l’activité et les bonnes pratiques.

Source : BatiActu

161012support-visuel-blog

Premier vivier d’emplois salariés dans les prochaines années, le secteur doit se structurer pour faire face à l’appétit des géants du Net.

Ce devrait être le premier pourvoyeur d’emplois en France. Dans leur « Panorama de l’emploi et des postes à pourvoir par métier à l’horizon 2022 », France Stratégie, l’institution de prospective rattachée au Premier ministre, et la Dares, une direction du ministère du Travail, écrivent que « quel que soit le scénario étudié, le métier d’aide à domicile serait le plus créateur d’emplois » sur la période 2012-2022. Ces organismes estiment le potentiel jusqu’à 430.000 créations nettes au regard des 23 métiers répertoriés.

Las, le secteur des services à la personne ne tient pas encore les promesses qu’ont placées en lui les pouvoirs publics au début des années 2000. Pis, selon la Dares, pas moins de 83.000 emplois ont été détruits depuis 2013. La faute, notamment, à une instabilité fiscale chronique. Le gouvernement en a semble-t-il tiré les leçons, se félicite Brice Alzon. Le patron de MDSAP (pour Maison Des Services A la Personne), le premier groupement coopératif du secteur, pointe « les signaux extrêmement positifs envoyés ». Outre « la bouffée d’air frais du CICE » qui, pour une agence MDSAP au chiffre d’affaires mensuel de 55.000 euros, équivaut à un chèque de 30.000 euros, la promesse d’un maintien du cadre réglementaire (même si elle n’est guère engageante compte tenu des échéances électorales) et l’extension aux personnes âgées du crédit d’impôt jusqu’ici réservé aux actifs sont autant de bonnes nouvelles.

Mais d’autres menaces planent sur les entreprises du secteur. L’activisme de La Poste d’abord, bien perçu dans un premier temps, avec des postiers apporteurs d’affaire pour les professionnels, inquiète maintenant au vu des acquisitions auxquelles procède le groupe public. « Le rachat d’un réseau de franchise [comme Axeo, lire ci-dessus, NDLR] envoie un signal mystérieux », admet Brice Alzon.

Par ailleurs, le risque d’« ubérisation » du secteur n’est pas des moindres. « Nos principaux concurrents, ce seront Google et Amazon », reconnaît le patron de MDSAP, à qui il n’a pas échappé que ces géants du Net s’y intéressent. C’est en anticipant ce mouvement que l’éditeur de logiciels Ogust, fort d’une expérience de dix ans avec le premier ERP développé en ligne, a officiellement lancé, lundi, Ogust SelfService, présenté comme « la première solution e-commerce dédiée aux entreprises de services à la personne ». Pour Karim Abichat et Didier Humbert, les créateurs d’Ogust, « il s’agit de donner les outils aux prestataires de services pour être en mesure de rivaliser avec les plates-formes naissantes et défendre l’emploi salarié ». Ogust SelfService permet aux employeurs de prendre rendez-vous en direct à partir d’une appli mobile avec le prestataire de services souhaité.

Vous pourrez trouver cet article sur le site Les Echos en cliquant ici.

Les entreprises de services à la personne exerçant des activités d’assistance aux personnes âgées et ou handicapées rentrent dans le champ des organismes éligibles, conformément aux dispositions du Code de la sécurité sociale1, à un dispositif spécifique d’exonération de cotisations patronales sur les rémunérations versées au titre de certaines prestations.
La Cour de cassation dans un arrêt en date du 25 mai 2016, a été interrogée par une association quant à l’application de cette exonération aux rémunérations versées aux aides-soignants employés au sein de sa structure de Services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) et intervenant au bénéfice de personnes âgées. En l’espèce, il s’agissait de soins de base et relationnels réalisés à domicile sur prescription médicale.
Pour les juges, les soins réalisés par un SIAD ne revêtent pas le caractère de prestations d’aide à domicile. De ce fait, la rémunération des intervenants n’ouvre pas droit pour l’employeur à une exonération de cotisations. En outre, la Cour relève que l’association en cause n’était pas un service prestataire intervenant à la demande d’un client, personne âgée ou handicapée, pour assister ces derniers dans les tâches de la vie quotidienne ménagères ou administratives, mais il s’agissait plutôt d’un service de soins intervenant dans le cadre d’une prescription médicale prise en charge au titre de l’assurance maladie. Dès lors, les rémunérations litigieuses n’entraient pas dans le champ d’application de l’exonération.
Pour rappel, les actes de soins aux personnes âgés relevant d’actes médicaux ne sont pas considérés comme des activités de services à la personne2.
Consulter l’arrêt de la Cour de cassation en date du 26 mai 2016 : http://bit.ly/1Y3XfMN


Recherche
Edito
Le blog « Services à la personne » est une plateforme militante qui nous concernes nous ; professionnels du service à la personne. Dans ce secteur très réglementé il entend se méfier des effets d’annonces et militer pour la cause des professionnels. Son but est de créer une véritable synergie entre nos différents métiers pour la défense de nos valeurs et la juste reconnaissance de nos professions.
décembre 2016
L M M J V S D
« Nov    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031