Archive pour mars 2013

Preuve que nous ne sommes pas « sectaires » à la MDSAP, je vais aujourd’hui vous parler d’un confrère : l’entreprise O2.

A travers cet exemple, je souhaite illustrer le gâchis qui va peut-être arrivé par la faute non pas de l’Europe comme je l’ai entendu hier dans un discours du ministre des Finances Pierre Moscovici à l’Assemblée Nationale mais bien par celle du gouvernement s’ils nous passent la TVA à 19.6% au 1er juillet 2013. Il existe pourtant des solutions pour éviter cela.

Ainsi nous pouvons avoir deux France dans les services à la personne : Celle qui embauche et qui va continuer d’embaucher à l’image d’O2 si Bercy accepte de « stabiliser » la loi Borloo pendant 5 ans.
Ou bien la France qui licencie comme ce sera le cas pour la MDSAP au 1er juillet si la TVA passe de 7% à 19.6%.

O2 vient de signer le 1er emploi d’avenir en pays de Loire. Ces contrats si précieux dans la politique de François Hollande est à la portée des entreprises de services à la personne. Nos entreprises sont capables de combattre efficacement le travail au noir. Nos entreprises sont capables encore en 2013 et 2014 de créer des emplois stables et non délocalisables. Nos entreprises sont également capables de soutenir l’emploi des jeunes et de signer des emplois d’avenir dans les métiers de l’assistance informatique de façon massive si … la TVA reste à 19.6%.
Ce n’est pas du chantage mais une réalité économique d’une France qui a toutes les capacités pour se développer et créer de la valeur. Soit d’un coté, nous allons perdre 15 000 emplois dans l’assistance informatique (source Syntec), soit de l’autre nous allons créer des emplois d’avenir comme aucun autre secteur ne peut le faire en France.

J’aimerai donc vous parler de cette France qui embauche à l’image d’O2 car nous, entrepreneurs, préférons avoir un tempérament de gagneurs et rester positifs.


Article paru sur le site AGEFOS PME

1er Emploi d’avenir signé en Pays de la Loire pour un jeune demandeur d’emploi en situation de handicap


Signature du premier emploi d’avenir en Pays de la Loire pour un jeune demandeur d’emploi en situation de handicap: AGEFOS PME Pays de la Loire / Poitou-Charentes est intervenue pour la construction du parcours de formation.

.
Afin de lutter contre le chômage des jeunes (1 jeune sur 4), le gouvernement se mobilise avec la mise en place des emplois d’avenir en faveur des jeunes de 16 à 25 ans (30 ans pour les personnes en situation de handicap). L’objectif est d’offrir une première expérience professionnelle réussie pour que les jeunes puissent acquérir des compétences et accéder à des actions de formation afin de contribuer à leur retour à l’emploi.

Emeline, demandeur d’emploi de longue durée, âgée de 29 ans, en situation de handicap, est la première jeune sarthoise à bénéficier de ce contrat d’avenir. Depuis le 4 février 2013, elle a intégré l’agence O2 Le Mans Nord (Réseau National du Service à la Personne)1 au poste d’assistante d’agence pour une durée de trois ans. Elle a pour mission de seconder la responsable d’agence, d’assurer la gestion administrative du personnel et de suivre les demandes des clients.

Cap Emploi a préalablement mis en relation Emeline avec l’entreprise et assure aujourd’hui la contractualisation de l’emploi d’avenir ainsi que le suivi personnalisé à toutes les étapes du parcours.

En fonction du poste et des besoins du jeune pour la réalisation de son projet, Maryline Delahaye, conseiller AGEFOS PME, a rencontré Emeline et l’entreprise pour construire son parcours de formation. Avec ce contrat, Emeline va pouvoir ainsi accéder à une formation certifiante de niveau 4 « secrétaire assistante » à l’AFPA.

Les coûts pédagogiques seront co-financés par AGEFOS PME et l’AGEFIPH.
L’aide de l’Etat pour les employeurs du secteur marchand est de 35% du SMIC. L’AGEFIPH apporte également une aide complémentaire de 40% du SMIC la première année et 20 % l’année suivante.

AGEFOS PME, en Pays de la Loire et Poitou-Charentes, se mobilise sur le financement de la formation avec le FPSPP2, l’Etat, le Conseil Régional et l’AGEFIPH et accompagne l’entreprise tout au long de l’emploi d’avenir. AGEFOS PME intervient également en amont auprès de l’ensemble de ses adhérents éligibles aux emplois d’avenir pour les informer sur le dispositif et identifier leur besoin en emploi grâce à son service de proximité « ATOUT PROJETS ».

L’emploi d’avenir offre au jeune l’opportunité d’accéder à un premier emploi et lui donne les moyens de se former, AGEFOS PME contribue à sa sécurisation économique auprès de la structure d’accueil.

Visiter le site d’AGEFOS PME Pays de la Loire / Poitou-Charentes

1Depuis 2010, le Groupe O2, avec le soutien logistique et financier de l’AGEFIPH, a recruté près de 280 personnes en situation de handicap en CDI

2Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels

La MDSAP a réalisé un Harlem Shake Militant Services A la Personne et a mis en place une pétition contre l’augmentation brutale du taux de TVA à 19.6% dans les Services A la Personne.

Jardinage, assistance informatique à domicile, cours à domicile, … des dizaines de milliers de professionnels représentent aujourd’hui 6% des emplois en France et sont menacés par une augmentation du taux de TVA de 7 à 19,6%.
10 000 emplois dans le jardinage et 15 000 dans l’informatique !

La Maison Des Services A la Personne, coopérative pionnière dans les SAP, soutenue par différentes fédérations comme la FESP, le SESP, la FCA, ou le Syntec, refuse ce coup de guillotine.

Nous demandons au gouvernement de revoir cette politique irresponsable alors que le taux de chômage bat des records.
NOUS sommes la solution pour « les Emplois d’avenir » du gouvernement alors ne tuez pas nos entreprises avec le changement de la TVA au 1er juillet !

Nous rassemblons toutes nos forces pour faire entendre raison à notre gouvernement et préserver ces emplois !
Soutenez notre pétition et votez ! Cliquez sur le lien suivant : http://petition.mdsap.fr

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous un article publié dans le Figaro du 2 mars 2012 par Cécile Crouzel – Journaliste Figaro

« Pour se mettre en conformité avec Bruxelles, Paris va relever la TVA dans cinq secteurs des services à domicile dès le 1er avril.

Au 1er avril, recourir à une entreprise pour entretenir son jardin va coûter plus cher. Et cela à cause d’une augmentation de la TVA. En effet, le gouvernement a décidé de soumettre au taux normal de TVA de 19,6 %, à partir du 1er avril, cinq sous-secteurs des services à la personne fournis par des sociétés qui, jusqu’alors, bénéficiaient du taux intermédiaire de 7 %: le gardiennage, le jardinage, les cours à domicile hors soutien scolaire (piano, yoga…), l’assistance informatique et la prestation d’intermédiation (c’est-à-dire la commission prise par l’entreprise qui met en rapport le travailleur et la famille).

C’est sous la pression de Bruxelles que l’équipe Ayrault a été amenée à faire ce choix. En juin 2012, la Commission européenne a envoyé à Paris un «avis motivé», lui enjoignant de revoir sa TVA sur les services à la personne fournis par des entreprises, sous peine d’être traduit devant la Cour de justice de l’Union Européenne. En effet, les autorités européennes considèrent que seules les activités de «soin à domicile», et non pas l’ensemble des services à domicile, peuvent bénéficier d’une TVA allégée. Après moult débats avec les experts de Bercy sur ce que signifiait le terme de «soin», la Commission a proposé un compromis: seuls cinq sous-secteurs devaient passer au taux normal, le reste des services à domicile vendus par des entreprises (garde d’enfant, aide aux personnes âgées, soutien ­scolaire…) pouvant rester au taux intermédiaire. «Comme nous n’étions pas du tout certains de gagner ce contentieux et qu’il n’était pas question de prendre le risque d’un passage à 19,6 % pour l’ensemble des services à domicile, nous avons préféré accepter ce compromis», explique-t-on à Bercy. Les récents conflits ont effectivement de quoi inciter à la prudence. Paris a été condamné au printemps 2012 par la Cour de justice européenne pour avoir accordé une fiscalité plus avantageuse aux OPCVM (fonds de placement) français qu’étrangers. Conséquence: l’État doit rembourser 5 milliards d’euros à ces derniers!

Surcoût final de 6 %

Le gouvernement a été d’autant plus enclin à transiger que cette hausse de TVA restera, selon lui, d’une portée limitée. Pour preuve, elle ne rapportera que 6 à 10 millions par an à l’État. «Pour les consommateurs faisant appel à une entreprise de jardinage, de service informatique, etc., la moitié de la hausse de TVA sera absorbée par le crédit d’impôt sur le revenu accordé aux services à la personne. Le surcoût final ne sera que de 6 %», minimise-t-on à Bercy. Autre argument, les ménages recourent rarement – dans 3 % des cas – à une entreprise lorsqu’ils ont besoin de services à domicile. Ils emploient surtout en direct leur aide ou alors font appel à des associations. Dans ces deux cas, il n’y a pas de TVA. Enfin, seuls cinq domaines parmi les prestations fournies par les entreprises sont pénalisés (dont un, il est vrai, est plus large, celui de la prestation d’intermédiation).

Reste que les acteurs des secteurs n’ont pas le même point de vue. Dans un communiqué, le syndicat Unep – les entreprises du paysage – a dénoncé une mesure qui menacerait les 10.000 emplois de la filière.
« 


Recherche
Edito
Le blog « Services à la personne » est une plateforme militante qui nous concernes nous ; professionnels du service à la personne. Dans ce secteur très réglementé il entend se méfier des effets d’annonces et militer pour la cause des professionnels. Son but est de créer une véritable synergie entre nos différents métiers pour la défense de nos valeurs et la juste reconnaissance de nos professions.
mars 2013
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031