Articles avec le tag ‘Brice Alzon’

Retrouver Brice Alzon sur l’émission La Quotidienne sur France 5 en rediffusion le 21 aout.La Quotidienne France 5

Plus d’information en CLIQUANT ICI.

 

 

 

 

Valérie Durier et Thomas Isle, entourés d’experts, abordent, chaque jour de 11h45 à 13h, un grand dossier  et prodiguent des conseils.

La quotidienne

Brice Alzon, Président de la MDSAP, est l’un des invités de l’émission du vendredi 13 mars 2015 « La Quotidienne » sur France 5.

Sur le thème « Ils sont là pour vous aider », il présente la coopérative et les métiers des Services à la Personne.

Brice Alzon, Président de la MDSAP, a été interviewé au stand de la FESP (Fédération du Service Aux Particuliers) lors du salon des Services A la Personne qui a eu lieu le 4, 5 et 6 décembre 2014 à Paris.

Regardez cette interview :

 

La Maison Des Services A la Personne représentée par Brice Alzon se mobilise et interpelle le Président de la République, le Premier Ministre et son gouvernement pour stabiliser notamment sur le plan fiscal l’activité des services à la personne fortement mise à contribution depuis 2012.

Retrouvez le « coup de gueule » de Brice Alzon :

Capture

 

Chefs d’entreprise, citoyens, élus, signez le manifeste afin de faire entendre votre voix et faire connaître votre volonté de changement et de mobilisation pour notre pays !

Nous vous invitons à soutenir l’action de « Libérons l’entreprise » en signant le manifeste ici

Le budget de la Sécurité Sociale adopté par l’Assemblée Nationale est une nouvelle attaque contre les entrepreneurs.

En effet, un amendement socialiste adopté le 23 octobre dernier en catimini va contraindre d’assujettir aux charges sociales les dividendes versés par les SA et SAS.

Cette mesure va clairement décourager toute envie d’entreprendre et toute prise de risque.

Les dividendes ne peuvent en aucun cas être considérés comme des salaires.

Alors que les entrepreneurs consacrent leur vie, leur énergie et leurs temps à créer de la valeur et des emplois, cette nouvelle décision sournoise du gouvernement socialiste est un véritable coup dans les jambes de toutes celles et tous ceux qui soutiennent le développement économique de  notre pays.

Manuel Valls s’attaque ainsi aux TPE, PME et ETI qui sont souvent détenues par des dirigeants majoritaires à qui on veut confisquer les résultats de leur travail.

Une demande a été faite, par Brice Alzon, Président de la MDSAP, auprès des sénateurs afin de corriger ce texte et redonner espoir aux entrepreneurs français qui sont des créateurs de valeurs.

 

Retrouvez l’interview de Brice Alzon (la radio des entreprises le 7 novembre 2014)

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous un article copié de la Tribune du 28 avril 2013 : http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130426trib000761929/entrepreneurs-de-france-unissez-vous-.html

Bonne lecture…

aiach

Maxime Aiach, chef d’entreprise, est président de la Fédération du service au particulier.

A l’origine d’une entreprise, il y a le rêve d’un entrepreneur. On appelle entrepreneur celui qui, à partir d’une idée et à force d’opiniâtreté, crée une structure. L’enthousiasme aidant, les talents concourent, et l’édifice augmente. Tout cela est bien connu.

Et c’est cela qui rassemble les entrepreneurs, quels que soient la taille ou le secteur d’activité de l’entreprise : ils ont cette ardeur toute particulière, propre à transformer le grain en arbre, la friche en champ, et capable de fondre les destinées individuelles dans un projet partagé. A cet égard, tous se ressemblent. Chacun d’eux, sans relâche, répare les dommages que, sans cesse, leur lopin subit : une réglementation nouvelle emporte les talus, un nuage de taxes inopinément dévaste les cultures, une expropriation soudaine ampute une parcelle. L’entrepreneur, par nature, est un consolidateur, dans tous les sens du mot.

Tous ces traits de caractères semblables, toutes ces expériences communes sont les liens véritables qui unissent les entrepreneurs entre eux, et sont le ciment de leur confrérie. Car, au rebours de l’individualisme dont on les croit animés, la calamité qui frappe l’un d’entre eux, aussi infime soit-il, les touche tous. Tenez, par exemple, le secteur des services à la personne : voilà 11.000 entreprises œuvrant dans la garde d’enfants, l’assistance aux personnes dépendantes, l’entretien de la maison ou le soutien scolaire, qui, pour la plupart, n’ont pas plus de 5 ans d’âge, mais qui emploient 1,7 million de personnes.

Ce secteur est le blé en herbe de l’économie française, il est ces jeunes pousses qu’il faut jalousement protéger de toute atteinte, afin qu’elles portent le fruit qu’on espère d’elles à la saison prochaine, il est ces tendres plants que tout devrait condamner si ne se trouvaient un terreau fertile, un abri contre les intempéries, et une main sagace qui les repique au bon moment. La métaphore agricole n’est pas fortuite : les entreprises de jardinage à domicile viennent de se faire tondre par une décision européenne, applicable au 1er juillet prochain, leur supprimant le droit de bénéficier du taux réduit de la TVA. L’Europe, donc, les a fauchées ; la France, qui n’a même pas sourcillé, n’aura plus qu’à les apporter, liées en bottes, aux vaches voraces des Tribunaux de commerce et des agences de Pôle emploi, qui, elles, ne manquent pas d’aliment.

J’aurais pu, tout aussi bien, prendre pour exemple les services informatiques à domicile, à qui l’Europe a, semblablement, coupé l’alimentation. Déjà, la France, en supprimant le régime de cotisation forfaitaire, cet hiver, leur avait fait subir une rude atteinte, comme à l’ensemble du secteur. Ces coups renouvelés, n’en doutons pas, abattront cette activité.

L’ensemble du secteur des services à la personne s’était énergiquement mobilisé pour dénoncer les effets catastrophiques des récents changements réglementaires et des hausses de coûts considérables qu’elles induisaient. Les craintes étaient justifiées. En effet, nous disposons désormais des chiffres d’emploi dans le secteur des services à la personne pour le dernier trimestre 2012, c’est-à-dire les trois mois d’incertitude qui ont précédé l’adoption des changements réglementaires : rien que cette incertitude a fait baisser le secteur des services à la personne, pourtant structurellement croissant, de 3%.

N’en doutons pas : les chiffres du premier trimestre 2013 seront catastrophiques, et ils le seront d’autant plus que nul ne pourra distinguer dans ce décrochage ce qui tient à l’augmentation du travail au noir et ce qui relève d’un éventuel reflux du marché.

Donc le jardinage et l’informatique valent qu’on les défende, même s’ils sont petits, même s’ils pèsent peu dans l’ensemble du PIB de la France. Ils valent qu’on les défende parce que les coups qui les atteignent frappent, par ricochet, l’ensemble du secteur des services à la personne. Ils valent qu’on les défende parce que des milliers d’entrepreneurs, qui exploitent des champs économiques tout aussi étroits, peuvent, eux aussi, voir, par un impitoyable arrêt de Bruxelles ou de Bercy, leur puits tari et leur récolte broyée. Le voisin peut bien être soulagé que la grêle ne tombe pas chez lui ; qu’il ne s’en réjouisse pas, son tour viendra un jour.

En ces temps où l’on s’apprête à élire un Président pour le Mouvement des Entreprises de France (Medef), il est nécessaire de rappeler que les entreprises de France ont besoin d’un représentant qui les défendent toutes, mêmes les plus petites, surtout les plus jeunes, et qui, chef d’entreprise lui-même, sache trouver, dans le cœur même de ce qui rassemble en confrérie les entrepreneurs, dans le rêve de croissance qui les anime tous, la force de les fédérer. Il est intolérable que lorsque l’un d’entre nous est atteint, nous tous, entrepreneurs, soyons indifférents à sa détresse. S’il est un vœu que je formule aujourd’hui, c’est que le MEDEF, rénové, soit le lieu où cette solidarité entre entrepreneurs, entre pairs, est possible : le jardinier et l’informaticien ploient, que leurs comptables, leurs assureurs, leurs banquiers, et que tous les entrepreneurs les relèvent !


Recherche
Edito
Le blog « Services à la personne » est une plateforme militante qui nous concernes nous ; professionnels du service à la personne. Dans ce secteur très réglementé il entend se méfier des effets d’annonces et militer pour la cause des professionnels. Son but est de créer une véritable synergie entre nos différents métiers pour la défense de nos valeurs et la juste reconnaissance de nos professions.
septembre 2019
L M M J V S D
« Juil    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30