Articles avec le tag ‘Assistance informatique’

Nous vous invitons à lire l’article du site distributique concernant le crédit d’impôt et l’assistance informatique en service à la personne :

« Pour soulager les finances publiques, la députée Martine Pinville estime que certains services à la personne comme l’assistance informatique ne devraient plus bénéficier d’un crédit d’impôt universel. Son homologue Bérengère Poletti voit dans cette proposition un risque de priver le budget de l’état des revenus de la TVA générés par ce type de prestations à domicile.

Que les acteurs du dépannage informatique se rassurent. Le crédit d’impôt dont jouissent les particuliers qui souscrivent à leurs services n’est pas remis en cause, en tous cas pas pour le moment. Mais l’idée a été avancée dans un rapport d’information sur l’évaluation du développement des services à la personne remis à l’Assemblée nationale le 9 décembre. Elle émane de Martine Pinville, co-auteur du document. La députée de Charente préconise précisément de restreindre aux personnes dépendantes le bénéfice d’aides publiques pour diverse activités « de confort » entrant dans les champs des services à la personne. « Actuellement, n’importe quel couple d’actifs peut, par exemple, bénéficier d’un crédit d’impôt pour des cours de yoga à domicile ! Nous ne pouvons plus nous permettre de dépenser l’argent public de façon aussi indifférenciée », justifie-t-elle.

A l’heure actuelle, un particulier faisant appel à une société de dépannage informatique à domicile profite d’un crédit d’impôt de 50% sur le montant de sa facture dans la limite de 3000 € de dépenses par an. Jusqu’au premier juillet 2013, cet avantage se doublait d’une TVA réduite de 7% passée depuis lors à un taux normal (20%).

Evaluer le coût du crédit d’impôt avant d’envisager de le supprimer

Pour Bérengère Poletti, le co-auteur du rapport, la proposition de revoir encore les avantages du secteur n’est pas opportune. La députée des Ardennes est plutôt d’avis de commencer par évaluer le coût net des aides publiques (jusqu’ici, les données pour le faire ne sont pas réunies) pour chaque activité de service à la personne. Elle argue en outre que d’après le ministère de l’économie, ce sont justement les services de confort » qui rapportent le plus au budget de l’État, notamment grâce à la TVA. De fait, les exclure du champ du crédit d’impôt risque de ne pas représenter un gain important pour les finances publiques, et pourrait même, au contraire, favoriser le recours au travail dissimulé. »

 

Source : distributique.com

J’ai appris récemment le dépôt de bilan de l’un des précurseurs dans l’assistance informatique à domicile : Famiclic. Son fondateur est un entrepreneur que j’apprécie pour son franc-parler et sa vision des services à la personne. Famiclic était un pur player de l’assistance informatique à domicile depuis le début de la loi Borloo en 2006. Xavier Sillon était par ailleurs président de la commission informatique au syndicat des services à la personne et administrateur à la Fédération des services à la personne.

La fin de cette aventure me soulève deux questions : Y a-t-il réellement un marché pour un pure player de l’assistance informatique à domicile et quelle est la taille critique pour développer une activité d’assistance informatique à domicile ?

L’activité de l’assistance informatique à domicile est un métier complexe puisque nous n’avons aucune récurrence sur la partie assistance. C’est-à-dire qu’un client chez qui nous avons installé une imprimante en wifi ou configuré une nouvelle fonctionnalité sur son PC ne devrait pas nous rappeler avant quelques mois. Concernant la formation à domicile, il y a une certaine récurrence mais qui reste limitée par rapport à d’autres services SAP comme le ménage par exemple. Cela est principalement dû au cout élevé des formations informatiques à domicile.

La MDSAP est une excellente réponse aux problèmes des sociétés d’assistance informatique pour plusieurs   raisons. Premièrement, en complète accord avec la réglementation sur les services à la personne, nos artisans ont la possibilité  de garder leurs clientèles de professionnels. Nous avons remarqué que le chiffre d’affaire des particuliers représente environ 20% du CA global d’une entreprise d’assistance informatique.

Enfin, à plusieurs, nous arrivons à mutualiser nos services et nos compétences. En effet, la MDSAP permet indéniablement aux professionnels d’avoir une meilleure visibilité sur leur marché de proximité grâce aux partenariats avec des enseignes nationales et des budgets de communication que ne pourrait pas être envisageables par une TPE. Sans compter l’accompagnement Métier via notre logiciel de gestion.

Je suis donc persuadé que la MDSAP est le meilleur moyen pour une TPE et PME dans l’assistance informatique non seulement de continuer à exister mais surtout de développer son activité et recruter.

Je pense même que la professionnalisation et le recrutement des acteurs dans l’assistance informatique à domicile sera plus fort et plus stable avec des emplois plus qualifiés via les entreprises membres de la MDSAP que via un système d’entreprise « autonome » dans l’assistance informatique à domicile.


Recherche
Edito
Le blog « Services à la personne » est une plateforme militante qui nous concernes nous ; professionnels du service à la personne. Dans ce secteur très réglementé il entend se méfier des effets d’annonces et militer pour la cause des professionnels. Son but est de créer une véritable synergie entre nos différents métiers pour la défense de nos valeurs et la juste reconnaissance de nos professions.
septembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930